Entretien et optimisation d’une imprimante 3D

Par  | Le  | 9 Commentaires
DIY

Prendre un kit complet d’imprimante 3D vous reviendra moins cher mais sous-entend que vous vous démerderez en cas de problèmes. Et des problèmes, ce n’est pas ce qu’il manque quand on imprime régulièrement. L’investissement personnel sur l’entretien de la machine est conséquent et demande de faire les bons choix tout en etant rigoureux.

J’ai eu, et J’ai encore, un paquet d’idées de concepts d’objets en tête que j’essaye de concrétiser sur papier, sur logiciel 3D puis sur mon imprimante 3D en PLA.
Ma Dagoma Discoeasy tourne en moyenne vingt heures par jour (presque non stop oui). Un rythme pareil nécessite un entretien quasi-quotidien du matériel pour avoir le minimum de problèmes possibles.

Vous trouverez dans ce billet quelques petites astuces personnelles ainsi que le matériel complémentaires que j’utilise pour l’entretien de ma machine. Que vous ayez un modèle de Dagoma comme moi ou un tout autre type d’imprimante 3D en kit, ce qui va suivre est susceptible de vous aider.

Fils amant foiré

Tout printer est à la recherche de la bobine parfaite au prix le plus bas possible, c’est normal.
Les filaments aux tarifs peu élevés ont souvent des problèmes de constance de diamètre (normalement 1.75mm). La bobine commence à 1.75mm, puis passe à 1,30mm et subitement 1.80mm…
In fine, on se retrouve avec des impressions ratée (car manque de matière) ou pire, une buse bouché par le diamètre trop large du filament de mauvaise qualité…

Je ne dis pas qu’il faut prendre les filaments les plus chers du marché mais attention de ne pas trop chercher dans les prix les plus bas, vous serrez souvent déçu et perdrez du temps et de l’argent.

Pourtant, il y a toujours des exceptions et en voici une belle d’ailleurs. C’est avec ce filament de chez Geetech que j’ai réalisé les prototypes ainsi que les kits finaux de la Craftbox (Serveur Minecraft maison).
Le filament est mâte, de très bonne qualité, sans problème de diamètre ou de matière et fond très bien de 180 à 210° (en fonction du rendu souhaité). Certaines impressions m’ont pris plus de 27 heures sans que j’ai eu eu le moindre soucis.
On le trouve régulièrement en promo à moins de 16€ le kilo sur Amazon (ou 22€ en prix standard). Sinon, tournez-vous vers l’Octofiber de Dagoma, c’est une référence et je n’ai jamais eu aucun soucis avec. Par contre, la qualité se paye, il est très cher…

Je vous conseillais la marque « ICE » dans la vidéo de présentation de mon imprimante 3D, j’ai eu cependant de très mauvaise surprise mais seulement sur la couleur noire.
Ce n’est pas la première marque que je teste qui a des différences de qualité en fonction de la couleur. Aucun problème avec le blanc, le gris anthracite, le orange

Faut lubrifier pour que ça passe…

Une imprimante 3D, c’est principalement de la mécanique. Trois axes en perpétuel mouvement qui vont faire que votre impression sorte en volume. Les tiges filetées tout comme les barres métalliques lisses ont besoin d’être lubrifié afin d’avoir la force de frottement la plus faible possible.
Les problèmes d’axes peuvent donner des impressions de mauvaises qualités (wobbles ou autres warping).
Pour cela j’utilise de l’huile pour mécanisme de précision.
Attention cependant, plutôt que de mettre directement l’huile sur les mécanisme, je préfère mettre quelques goûte sur un tissu pour que ça ne coule pas et bien lubrifier l’ensemble.

Roulement bas de gamme

Toujours par rapport aux axes, les roulements linéaires sont des pièces clés de la mécanique. Ceux livrés par défaut dans le kit de Dagoma sont malheureusement de piètres qualités. Deux de mes roulements ont décédé (juste appris s’être mis en PLS) il y a quelques semaines de cela. J’en ai profité pour tous les changer (sauf les verticaux) par des roulements coulissants (sans billes) qui sont plus solides et beaucoup plus silencieux.
Mon choix s’est porté sur les roulements coulissant IGUS, une référence dans le domaine une fois de plus. C’est le jour et la nuit en terme de bruit par rapport aux roulements d’origines croyez moi !

Je vous déconseille cependant de les placer sur les axes verticaux. Dagoma utilise la gravité pour reposer cet axe quand il va du haut vers le bas et les coulissants (sans billes) peuvent coincer. Dites vous bien que les roulements verticaux sont les moins bruyants car l’axe Z ne fait que de petite translation durant une impression.

Plateau chauffant avec buildtak scotché ?

Il y a trois écoles pour les supports d’impressions :

  • Ceux qui imprime sur le scotch 3M
  • Ceux qui imprime sur un buildtak
  • Ceux qui imprime sur un plateau chauffant

La dernière option étant la meilleure mais aussi la plus chère, je me suis plutôt rangé du coté de la team buildtak. C’est à dire imprimer ses objets sur une surface plastique, un peu comme un tapis de souris en gros. J’en suis à mon troisième buildtak (auto-adhésif) depuis que je possède l’imprimante.
J’utilise ceux vendu chez Amazon, j’avais seulement pris pour tester, ils sont impeccables !

L’alcool, sans modération !

Lubrifier c’est bien mais nettoyer c’est aussi indispensable. Surtout le buildtak, toutes les 3 ou 4 impressions, un petit coup d’alcool à 90° sur la surface permettra de bien nettoyer la surface des reste de filaments mais aussi d’avoir une meilleure adhérence de la première couche, le plus important dans une impression 3D.
Vous pouvez trouver de l’alcool à 90° directement en grande surface, c’est le moins cher.

La structure

La structure de votre imprimante subit des vibrations permanentes à cause des déplacements de plateau/tête d’impression durant l’impression. Il est donc normal de se retrouver avec des vis desserrés et les courroies de translation détendues de temps en temps.
C’est une chose que je vérifie à tous les changements de bobines environs.

Voilà en gros les petits conseils que je peux vous donner en ce qui concerne l’entretien et l’optimisation de votre imprimante 3D. N’hésitez pas à investir dans de bonne bobine et bien régler votre première couche d’impression. On a toujours envie de prendre des raccourcis ou d’économiser de l’argent mais l’impression 3D est capricieuse…
Si vous avez également des conseils à partager, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires, je compléterai l’article si il le faut.

Bon print ;)

Tags : dagoma, discoeasy, huile, igus, imprimante, roulement,

Commentaires

  1. Nicolas Wattiaux

    Merci pour les astuces, Ici j’ai craquée pour la Velleman K8200… je suis toujours à la recherche d’une configuration parfaite. Je l’ai achetée d’occasion et j’ai déjà pu imprimer quelques pièces et put*n c’est addictif au début on ne se lasse pas de voir les différents axes bouger. Par contre moi j’utilise du PLA 3mm, et j’ai eu des comportements un peu bizarre… L’imprimante ne fonctionnait pas, le PLA était normalement relié jusqu’au cylindre qui amène le PLA à l’extruder … et le PLA à peine tendu se casse… vu que c’était avec l’imprimante il se pourrait qu’il soit devenu trop sec pour qu’il casse comme ça ? bheu j’essayerai avec une autre Bobine et pourquoi pas celle de GEEETECH.

    1. Nicolas Wattiaux

      Je ne suis pas une fille juste fatigué xD, enlevé les « e » à craqué[e] et acheté[e] à la lecture…

    2. PaductionPaduction Auteur de l'article

      C’est absolument ça oui !
      Si le filament est resté dans un endroit avec des températures un peu trop extrême sa texture va se dégrader. C’est peut être ce qu’il se passe pour toi.
      Tu peux tester avec une autre bobine ?

  2. Nicolas Wattiaux

    Ici, je n’en ai pas sous la main et j’ai le guide filament qui s’est cassé (#AhhhLesImprimanteD’occaz) mais la pièce devrait coûter entre 10 et 15 €. Dès que je l’aurai réparé je m’occuperai d’acheter une nouvelle bobine.

  3. Alain

    Etant très bricoleur, je pense sérieusement à investir dans une imprimante 3d pour réparer des pièces cassées (notamment automobile). Certes on trouve maintenant pas mal de machines à moins de 500 € mais je doute de leur fiabilité sur le long terme. J’ai eu notamment eu des échos sur des machines françaises, notamment Dagoma ( http://www.primante3d.com/neva-06012017/ ) mais il semblerait que l’appareil ne soit pas très stable. Certains ont-ils eu l’occasion de tester ce modèle ici ?

    1. PaductionPaduction Auteur de l'article

      Hello Alain, je m’arrête à y’a première phrase. Si tu es bricoleur la Neva n’est faite pour toi. Elle n’est pas customisable/modifiable. Il faudrait que tu partes sur une Discoeasy bien plus maintenable en cas d’avarie. Bonne continuation ;)

Laisser un commentaire

Coucou toi,

En postant ton commentaire, essaye d'être le plus sympatique possible dans tes propos et dis au minimum "bonjour" si tu souhaites poser une question ;)

Merci pour ta participation