Mon bilan après un an sur YouTube

Par  | Le  | 2 Commentaires
Paduction.com

L’année dernière, avec la nouvelle ligne édito du site plus orienté sur le DIY, le rétrogaming & le jeu vidéo, j’ai souhaité démarrer une nouvelle chaîne YouTube pour marquer la séparation avec l’ancienne chaîne. Il est temps de faire un petit bilan de cette année de production vidéo.

Du renouveau et des changements

Avec cette nouvelle chaîne, j’ai voulu exploité au maximum le matériel que je possédais déjà. Ça parait bête mais connaître et utiliser tout le potentiel de son matériel vidéo/audio ne se fait pas en quelques semaines. Au fur et mesure des tournages, j’ai commencé à trouver mes habitudes et prendre mon rythme. Sur les douze mois d’existence de la chaine, j’ai produit 10 vidéos, à raison d’une nouvelle par mois (à une vache prés).

J’ai tenté d’optimiser mon temps de production afin d’avoir un rythme constant. Il était hors de question de réaliser une vidéo « à l’arrache » comme j’avais déjà pu le faire sur l’ancienne chaîne avec la période « Gamebit » (mimi @airben) et son rythme effréné. Prendre le temps de faire est essentiel. Essayer, se tromper et recommencer reste un processus indispensable pour s’améliorer.

Je tourne l’ensemble de mes vidéos avec mon fidèle Panasonic Lumix G7 muni d’un objectif 25mm à F1.7 en focale fixe pour 80% des plans et un objectif 14-140mm à F3.5-5.6 pour les 20% restant.
Au niveau des séquences vidéos à mains levées, j’utilise le Ronin SC de DJI, un gimble que j’ai appris à connaître cette année également, je me tâte vraiment à vous en parler dans un billet dédié tellement j’ai aimé ce jouet :)
Il me permet de faire des suivis sur une zone active ou de planifier un parcours de plans en définissant la position et le temps d’intervalle, automatiquement.

J’ai pris un énorme plaisir à filmer. Réussir certaines séquences, avec le bon cadrage, le bon éclairage accompagnés d’une petite narration qui tient la route, c’était vraiment plaisant.

Aujourd’hui, je sens que j’arrive au limite de mon boîtier et j’ai du mal à filmer les scènes peut éclairées. Cela me pose problème pour la vidéo sur la deuxième partie de la Gaming room par exemple, très centrée sur mon Home Cinéma, volontairement sombre afin d’optimiser l’affichage du vidéo projecteur.

Une Première pour Final Cut

Cette nouvelle chaine a été l’occasion de basculer sur un nouveau matériel et un nouveau logiciel de montage. Je suis passé du PC au Mac, de Windows à MacOS et surtout de Première Pro à Final Cut Pro.

Ce changement fût assez brutal.
Pas sur l’apprentissage mais sur la rapidité d’exécution et de calcul entre les deux machines et les deux logiciels.

Hors de question que je repasse sur Premiere Pro…

C’est ici que j’ai réellement pris conscience de tout le potentiel et de toute la puissance de la puce M1 d’Apple. Tout est fluide, rapide, sans accro… un vrai bonheur de travailler avec ce type de setup.

Final Cut Pro et Première Pro sont différents mais ils se ressemblent sur beaucoup de points. FCP s’appréhende très bien pour peu que vous ayez fait un peu de montage dans le passé. J’ai là aussi, trouvé mon rythme et défini mes « SET » pour le titrage, l’habillage et les transitions en quelques vidéos.

Aujourd’hui, il me parait impensable de retourner sur Première Pro. Je me sens beaucoup plus à l’aise avec FCP et l’utiliser pour le montage me fait gagner du temps.

Du bon et du moins bon

Mais revenons en aux faits. Si je fais un état des lieux après un an de production vidéo, je peux effectivement dire qu’il y a du bon et du moins bon. J’ai produit 10 vidéos et au moment ou j’écris ces lignes, il y a 860 abonnés à la chaine mon objectif était d’en avoir 1000.

Sur l’ensemble des vidéos, les avis positifs dépassent les 95% et les commentaires sont toujours très encourageant. C’est un résultat satisfaisant certes cependant il ne colle pas vraiment au chiffre des vues associés des vidéos.

Seulement 1400 vues pour 8H de tournage, 10H de montage, 520 Go de rush et 12 minutes de vidéo

Je prends l’exemple de la dernière vidéo sur ma Gaming Room. Vous n’avez été « que » 1400 à la voir. C’est un résultat assez médiocre et pourtant, comme je le stipulais plus haut, les retours et les avis sont très positifs. Alors pourquoi ?

Con-prendre YouTube

Poster sur YouTube, c’est embrasser un système complexe piloté en grande partie par des algorithmes parfois très injustes.
Youtube aime bien classer les chaînes par catégorie, histoire que chacun puisse faire des recherches très ciblées. Cependant, quand comme moi, on fait des choses « diverses et variées » en terme de contenu, l’hébergeur vidéo ne sait pas trop quoi faire pour « classer » la chaîne…

Peu de vues mais pratiquement 100% de retours positifs

Paduction fait du jeu vidéo, du DIY, du Retrogaming ou de la High-tech ?
C’est ce que ce disent les algorithmes de Google quand il scanne ma chaine. Je ne dis pas que c’est le seul problème et j’essaye d’analyser et comprendre mes erreurs sur la chaine mais bon, c’est parfois décourageant…

De plus, je n’ai pas « hyper » envie de me plier à ce genre de règles/classifications pour faire plus de vues. Je vois plus ma chaine comme un album vidéo sur lequel je pourrai revenir dans quelques années pour me rappeler des projets et du travail accompli.

Entre des miniatures « à la con », des titres négatifs (si si) et des vidéos réalisées juste pour ajouter du contenu… les astuces sont nombreuses pour gagner en visibilité/vues.
C’est pas trop mon délire et dommage qu’il n’y ait pas d’alternative sérieuse :(

On continue ?

Il parait légitime de se poser la question. Après tout, sans vues suffisantes, sans trop d’abonnements, est-ce bien raisonnable de continuer ?
Je me suis rendu compte que produire une vidéo par mois était le maximum que je pouvais faire. Entre mes recherches pour les projets, écrire les articles et la gestion du site en lui même, ça fait déjà pas mal de chose à faire et je me refuse de basculer dans un mode de production à la chaine qui pénaliserait la qualité des vidéos.

Je ne veux pas produire moins qualitatif pour augmenter le quantitatif. Les vues m’importent peu pour le moment. Seule la qualité des vidéos et vos retours sont pris en compte dans ma démarche.
De plus, produire me permet d’accroitre mes connaissances en matière de tournage et de montage tout en maitrisant la gestion de planning (le plus complexe pour moi).

C’est pour toutes ces choses que je vais continuer à vous proposer du contenu vidéo cette année.

En quelques chiffres

J’aime bien posé quelques chiffres, ça permet d’avoir une tendance sur ce qu’il s’est passé. Voyons voir ce je ça donne pour 2021 :

  • 170 000 minutes de visionnage
  • 45 000 vues au total
  • Moyenne de « j’aime » pour la chaine à 95,9%
  • Nombre d’abonnées : 860
  • La vidéo la plus regardée : Présentation de la Retroïd Pocket 2 avec 26 000 vues
  • La vidéo la plus apprécié (% de j’aime) : Craftbox pour 98,9%
  • La video la plus commentée : Retroid Pocket 2 avec 256 commentaires
  • Nombre de vidéos produites : 10
  • La vidéo la plus lourde au total : Gaming room Part I avec 520 Go de rushs

Vos remarques et commentaires sont très important et tiennent une place importante dans le choix des sujets. Je vous laisse me dire dans l’espace commentaire quelle vidéo vous a le plus marqué et quels sujets vous aimeriez voir traiter dans les prochaines vidéos.

Si vous souhaitez soutenir la chaine, il n’y a qu’une seule chose à faire : Abonnez-vous, c’est gratuit !

Tags : abonnés, chaine, podcast, vidéo, vue, youtube,

2 réflexions sur « Mon bilan après un an sur YouTube »

  1. Guntha

    Salut!

    Tiens, une question que j’ai envie de poser à plein de youtubeurs: pourquoi ne pas traiter Youtube juste comme un hébergeur et poster ses vidéos sur un maximum de plate-formes? Après tout, quand on sort un jeu vidéo, on ne se contente pas de Steam, on essaie d’arroser le maximum de points de vente, même si c’est vrai que côté vidéos, Youtube est autrement + hégémonique…

    1. Paduction Auteur de l'article

      Hello Guntha,
      C’est une très bonne question :)
      YouTube n’est pas qu’un hébergeur justement. C’est une moyen de communication et de diffusion excrément puissant avec tout un panel d’apps disponibles sur plein de plateforme différente : Desktop, Android, iOS, TvOS, AndroidTV, OS natif de TV…
      Viméo ou Dailymotion ne proposent pas exactement les mêmes services. Par exemple pour Vimeo, il faut payer pour envoyer ses vidéos tout en étant limité sur le volume d’envoi chaque semaine. C’est peut être un investissement rentable mais il est vrai que je ne l’ai pas tenté ^^
      Peut être qu’il serait temps que je m’y mettre en effet…
      Merci pour ton com ;)

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.